Lifting cuisses Tunisie

Le lifting des cuisses ou la plastie crurale est une opération de chirurgie esthétique et plastique de la silhouette. Tout comme la plastie abdominale, l’augmentation des seins et la liposuccion, cette chirurgie est très pratiquée dans le monde.

lifting des cuisses en Tunisie

Plastie des cuisses : Quel principe ?

Il s’agit essentiellement d’un remodelage du tissu cutané relatif aux cuisses. Son but est de corriger l’excès de peau et des graisses au niveau de cette région du corps, pour que le patient ait, des cuisses fermes et fuselées.

Le but d’une telle plastie est autant réparateur qu’esthétique. D’ailleurs, plusieurs individus qui ont subi une chirurgie bariatrique et ont perdu beaucoup de poids, optent pour le lifting des cuisses pour se débarrasser de toute cette peau flasque et distendue.

Causes de la détention de la peau crurale

Plusieurs facteurs accélèrent la distension de la peau des cuisses. On en cite : l’avancée de l’âge, la grossesse (changement physiologique de la femme), la perte rapide et importante du poids, ainsi que les frottements provoqués par les parties internes des cuisses.

Prix lifting cuisses Tunisie

Lifting des faces internes des cuisses en Tunisie

Prix

Séjour

Lifting des cuisses

1650€

5 nuits/6jours

 

Déroulement de l’intervention du lifting des cuisses en Tunisie

Effectuée sous anesthésie générale, la chirurgie plastique des cuisses dure environ une heure. Lors de cette plastie assez délicate, le chirurgien plasticien veille à supprimer l’excès cutané des cuisses, après avoir délimité les zones concernées.

Par la suite, il pratique l’une des trois techniques possibles, selon le degré de l’endommagement de la peau.

L’hospitalisation est entre 1 et deux nuits, selon la lourdeur de l’acte chirurgical.

Quelles sont les incisions qui peuvent être pratiquées lors d’un lifting des cuisses ?

Pour éliminer l’excès de la peau des cuisses, il existe 3 pratiques chirurgicales possibles :

  • Incision horizontale au niveau des plis cruraux, si le relâchement cutané n’est pas important ;
  • Incision verticale au niveau de la face interne des cuisses, dans le cas d’une distension modérée ;
  • La technique mixte jumelant les deux incisions citées ci-dessus : Laissée pour l’endommagement important du tissu cutané crural. On l’appelle également une incision en « T inversé », vu sa forme. En effet, elle va du pli des cuisses tout en passant par la longueur de leur face interne.

Peut-on réaliser une liposuccion simultanément avec une plastie crurale ?

S’il existe un excès graisseux, une lipoaspiration des graisses dans le même temps chirurgical est nécessaire. Dans ce cas, le praticien commence par l’aspiration des graisses en excès et passe, ensuite au lifting.

Après l’intervention : Suites, suivi et recommandations

Avant tout, il est primordial de programmer un arrêt de travail de deux semaines après une dermolipectomie des cuisses, contre 6 semaines pour les activités sportives (surtout intenses).

Durant votre séjour esthétique à l’hôtel partenaire, l’un des assistants de la clinique veillent à suivre votre rétablissement et à changer quotidiennement vos pansements. Les douleurs postopératoires ne sont pas importantes sauf si le patient fait de faux mouvements. La prise des antalgiques est suffisante pour les calmer.

 

Comment évolue l’aspect des cicatrices ?

Durant les 3 premiers mois de l’opération, les cicatrices ont, plutôt, un aspect rosé et légèrement hypertrophique. Pour améliorer le processus de cicatrisation, il est conseillé d’éviter de fumer et de s’exposer longtemps sous le soleil.

Après 6 mois, les cicatrices auront un aspect blanchi mais légèrement visible. Finalement et au bout d’une année postopératoire, les cicatrices s’estompent et vous aurez, ainsi, un résultat définitif, C’est-à-dire, de belles cuisses fines et raffermies.

Les rares complications d’une plastie crurale

Tous les actes chirurgicaux (surtout s’ils s’effectuent sous anesthésie) peuvent avoir des risques plus ou moins graves. Heureusement, ces complications sont rares mais il faut, quand même, les évoquer.

On en cite :

  • Nécrose des plaies surtout pour ceux qui fument ;
  • Cicatrices chéloïdiennes ou hypertrophiques ;
  • Phlébite ;
  • Embolie pulmonaire ou autres problèmes cardio-vasculaires;
  • Infection de la plaie ;
  • Complications liés à l’anesthésie ;
  • Hémorragie, hématome ;
  • Imperfection du résultat (cuisses asymétriques).